janvier 2017 archive

2017.01 January – Here comes the fun

Mon agenda rempli au fur et à mesure m’aide à faire un petit retour en arrière sur ce mois qui a défilé vitesse grand V. On dit qu’on va essayer chaque mois de faire un petit bilan et de mettre des créatrices en avant ?

Au pire si j’abandonne dès le mois prochain j’effacerai cette intro PAF ni vue ni connue jt’embrouille.

J’ai l’impression d’avoir passé le mois à bouger les meubles du salon et de la salle à manger pour trouver l’agencement que j’avais en tête mais que j’arrivais pas à visualiser (cette phrase veut-elle dire quelque chose ? non.). Après trois séances à tout bouger l’enfilade et les meubles (heureusement qu’ils sont un peu sourds en dessous les gentils papi mamie), je suis contente à 85% du résultat. Vivement les 100% hein. En parallèle, j’ai toujours un onglet leboncoin ouvert et je fais du bourrage de crâne en boucle « ohlala tu vois si on avait un canapé d’angle moutarde ça nous changerait la vie je pense ». Pour le moment je ne vous cache pas que c’est un cuisant échec.

Un jour où ça sera rangé, je ferai peut-être un tour des trucs qui remplissent les murs de la chambre d’Edie mais je n’y pense jamais et je ne sais pas vraiment si ça intéresse qui que ce soit. Mais en tout cas ce qui pourrait vous intéresser c’est cette chouette initiative chez Hellgy : un joli tirage en échange d’un don à l’association Le Refuge. Je ne sais pas comment je me suis débrouillée pour passer à côté, mais heureusement qu’on peut compter sur annso pour les bonnes actions (et les cadeaux surprises <3).

Pour la première fois j’ai pas eu la fève ni été choisie comme reine à la galette des rois. Maigre consolation : Edie a l’air super neuneu sur sa photo avec la couronne, bien fait !

Bilan des soldes ? Le crapaud a le placard qui déborde de 18 mois, on devrait tenir jusqu’au Printemps. De toute façon elle n’a pas le choix, elle a 8 mois je refuse de l’habiller en plus grand c’est mort – déjà là le 18 mois c’est limite limite pour mon moral, entre ça et les repas de grande j’étais pas du tout prête. Et sinon pour moi : des body heattech et des caleçons damart. Jugez-moi, la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe (surtout si elle est emmitouflée dans une couverture chauffante).

On continue avec les jolies graphistes qui décorent les murs d’Edie (non je mens, on l’a mis dans le salon tellement il est cool) avec ce Family Portrait de nous par Eva May Chan. Qu’est ce que je l’aime !

Mes cheveux poussent sans fin et le 31 janvier ma balance m’a annoncé -5kg par rapport à début janvier : wooh! Imaginez ! S’il faut un jour je rentrerai à nouveau dans mes fringues époque mariage, ça serait tellement foufou !

La bonne affaire soldée de la semaine : Annabel Kern. J’en ai déjà parlé 1000 fois et je le recommande à chaque future maman qui m’envoie un email mais vraiment je ne peux pas me passer de vous la citer encore maintenant que j’ai testé cette couette. Franchement entre ça, le tapis de sol/plaid, les langes qu’Edie a choisis comme doudous et le cousin musical Biscuit que je lui mets à chaque dodo… je serais bien dans le caca si un jour elle décidait de tout quitter pour faire du fromage de chèvre.

Ma grosse envie pour février : ce maxi cabas curry qui me fait de l’oeil et que je vais regretter quand il sera sold out le temps que je me décide.

Le crapaud a fait de la luge en Andorre !
Et ça ne lui a fait ni chaud ni froid à cette ingrate ahah.

Allez encore une boutique française où jeter un oeil : Retard Magazine a lancé son shop avec des goodies bien cools. Je suis nouille, j’ai pas commandé le t-shirt « J’ai mes règles » et je regrette déjà juste pour la tête qu’auraient fait Remedios et ma fleuriste.

J’ai lu 8 livres ce mois-ci (ce qui est presque plus qu’en 2016) et comme vous le voyez, les 4 prochains de la liste ont de quoi faire bien bien envie ! MAIS je dois finir le gros pavé que j’ai en route. A quel moment je me suis dit que me lancer dans Anna Karénine de Tolstoï était une bonne idée franchement ?

Leïla Slimani – Chanson Douce // Je ne me souviens pas avoir lu de Goncourt avant mais celui-là je l’ai lu tout d’une traite et j’y repense régulièrement tellement il m’a retournée.
Georges Sand – Le Dernier Amour // Quand je ne sais pas quoi lire, je lis un Georges Sand et je ne suis jamais déçue : toujours tellement de phrases à mettre en fluo pour ne pas les oublier.
Riad Sattouf – L’Arabe du Futur III (bd) // J’ai lu les 2 premiers tomes donc le 3e aussi (mais sans conviction ni trop d’envie), et finalement je l’ai trouvé encore mieux que les précédents.
Pamela des Barres – I’m With The Band // Ah putain j’ai tellement détesté ! Mon Dieu mais qu’est ce qu’elle m’a saoulée à se regarder le nombril et faire les mêmes erreurs en boucle. No no no.
Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski – Les Nuits Blanches // Je l’ai lu en une nuit (blanche)(ohohoh) et 1000 fois oui pour cette rencontre romantique comme dans les films.
Jane Austen – Persuasion // J’avais envie d’un Jane Austen que je n’avais jamais lu, j’ai eu du mal à trouver et arrivée aux 2/3 j’ai réalisé qu’en fait je l’avais déjà lu. Je me fatigue avec ma mémoire nulle. Mais bon ça se termine toujours avec autant de plaisir un Jane Austen <3.
Le Livre du Hygge // J’en ai déjà parlé la semaine dernière ici dans un article dédié.
Bergsveinn Birgisson – La Lettre à Helga // Après le Georges Sand, on dirait qu’en Janvier j’avais vraiment envie de vieux monsieurs qui me racontent leurs histoires d’amour. Cerise sur le gâteau, celle-ci nous fait voyager dans la nature islandaise (et un peu pleurer).

Le hygge, le nouveau mot pour ne rien faire au chaud

A force d’acheter des Pampers sur Amazon Premium, j’ai eu un gros bon d’achat à utiliser et j’ai décidé de me faire plaisir avec des bouquins qui me rendaient bien curieuse et qui me fileraient un coup de pouce dans le démarrage de la nouvelle année et la déprime de l’hiver.

Premier livre : Le Livre du Hygge – Mieux Vivre. La Méthode Danoise.

Vous le voyez, c’est écrit en gros sur la couverture : « Prononcer HOU-GA ».
Et ça mon mari l’a bien compris et ça fait 2 semaines que je supporte « t’es sûre que c’est OUGA le plaid déplié comme ça ? » « c’est OUGA le gâteau yaourt ? » ou simplement le classique « OUGA OUGA ». Plus récemment j’ai eu plusieurs « c’est quand que tu fais ton article sur le OUGA ? ». Première fois depuis toujours qu’il s’intéresse à mon blog dites donc ! Merci le Hygge ! Ceci dit devant tant d’enthousiasme j’ai fini par lui demander pourquoi ça l’intéressait tellement et pourquoi il lirait pas plutôt le livre ? (LOGIQUE) Et là :

« Pour pouvoir me moquer dans les commentaires, il me tarde trop ! »
JPP de lui.

En résumé le Hygge c’est le nouveau nom à la mode pour « comment glander dans les meilleures conditions possibles » (ceux qui vont courir disent bien qu’ils font du running, y’a pas de raison que les flemmards n’aient pas leur nom cool aussi) et ce livre nous l’explique en se basant sur le Danemark. Meik Wiking, l’auteur, est le président de l’Institut de Recherche sur le Bonheur de Copenhague et franchement ça me laisse rêveuse.. Meik, si tu veux ouvrir une branche toulousaine à base de confit de canard, je suis ton homme !

Est-ce qu’il y a besoin d’un livre pour ça ? Non
Est-ce-que je recommande quand même ce livre ? Oui, plutôt.

Les chapitres et conseils sont plutôt logiques : bougies, éclairages tamisés, plaids, chaussettes de laine, jeux de société et plats qui mijotent des heures etc. Parfois on se dit ok le mec a fait 6 pages sur les bougies avec des graphiques sociologiques et c’était peut-être pas franchement nécessaire. Il nous explique même comment serrer son écharpe ou pourquoi les danoises aiment porter leur chignon le plus haut possible sur la tête. OK vu. Mais en fait c’est tellement bon pour le moral de parcourir un livre qui analyse et encourage cette recherche du bonheur à moindre frais.

Il n’y a quasiment pas de recettes magiques ou de conseils de shopping, ce cocooning ultime va s’atteindre avec un travail sur nous et nos habitudes. Prendre soin de soi et de son entourage en privilégiant le confort, la chaleur et la convivialité. En fait ce livre vous rappelle juste de vous faire couler un bain chaud, cuire un pot au feu ou sortir le scrabble plus souvent – tout ce qu’on fait passer APRES. Après le boulot, après les courses à monoprix, le lave vaisselle à vider et les emails en retard. Et c’est là que les Danois diffèrent de nous, chez eux tout ça va passer avant le reste et ils vont se garder des plages pour eux tout au long de leur quotidien grâce à des rituels bien établis.

Evidemment vous allez me dire que c’est plus facile en étant en congé ou en vacances de Noël. Yep, sûrement. Cependant ça vaut le coup de tenter de changer quelques détails au quotidien quand je vois à quel point mon humeur a changé maintenant que je me bloque tous les jours 1h avec mon thé préféré sans bébé, aspirateur ou pile de linge sale et que je me couche 30mn plus tôt avec ma liseuse et ma couverture chauffante.

Le hygge est juste un mot à la mode ok, largement ok je suis la première à en rire ; mais trouver du temps pour soi à kiffer c’est vraiment tout ce que je vous souhaite pour survivre à cet hiver 2017. Et puis cet été on se trouvera un nouveau mot et on remplacera juste le bain chaud par du vernis à ongles à se passer sur les doigts de pieds en buvant un mojito et voilà.

Décorer son mur en se débarrassant des magazines qui trainent

Est-ce que je m’apprête à vous poster un DIY qui date de SEPTEMBRE ?
oooooh oui.

Je vais essayer d’être précise dans les étapes mais franchement c’est tellement les doigts dans le nez que les photos pourraient largement vous suffire.

Temps passé :
un dimanche après-midi

Matériel :
De vieux magazines à découper
Un carton à découper (ou des feuilles épaisses type chanson à scotcher entre elles)
Une paire de ciseaux ou un cutter
De la colle liquide vinylique blanche (par exemple)
Du vernis transparent pour la couche finale (par exemple)
Un pinceau pour étaler la colle et le vernis
4 clous pour fixer au mur

Coût :
Une dizaine d’euros (hors magazines)

Commencez par prendre la mesure de ce que vous voulez faire pour construire le gabarit en carton. Si vous n’avez pas de cartons, vous pouvez utiliser des feuilles bien épaisses et les scotcher entre elles – le collage sera assez léger et la colle consolidera le tout. C’est vraiment l’étape la plus minutieuse, par exemple pour moi la difficulté était un miroir losange au milieu du mur que j’ai passé 1 an et demi à essayer de décoller avant de finalement abdiquer pour l’intégrer dans la déco.

Feuilletez vos magazines et arrachez / découpez tout ce qui vous inspire. N’hésitez pas à en découper beaucoup plus que nécessaire, au pire ça vous servira toujours plus tard pour un cahier, un agenda ou n’importe quoi. Personnellement j’aime aussi découper des citations au milieu (celles de Closer ou Oops sont mes chouchoutes) et je privilégie les jolies « grandes » silhouettes pleine page pour créer les fonds des collages.

Disposez vos découpages à votre gré sur votre gabarit et mixez, changez, bougez tout mille fois. Souvent je pars faire autre chose, un thé ou quoi et quand je reviens je débloque un endroit qui ne m’allait pas. Un peu comme un puzzle qui finit par s’emboîter (en ce moment j’ai trop envie de faire un immense puzzle, ça m’obsède).

Prenez en photo votre disposition quand vous êtes content de vous et retirez tout soigneusement dans l’ordre (d’abord les découpages du dessus jusqu’au dessous) afin de moins galérer à le refaire.

En vous aidant de votre photo modèle, commencez à positionner et coller la première couche de collages en badigeonnant au pinceau votre carton de colle vinylique blanche. Et ainsi de suite pour tous vos découpages jusqu’à être contents de vous. Et là surprise, même si vous êtes partis d’une photo, le résultat est très souvent différent (et mieux), je ne me l’explique pas.

Maintenant il ne vous reste plus qu’à appliquer le vernis et respecter le temps de séchage et le nombre de couches en fonction de votre marque (c’est toujours détaillé sur le pot) avant de enfin voir votre collage en action ! Personnellement, je laisse toujours passer une nuit avant de l’accrocher.

Le collage étant très léger, il tiendra avec quelques petits clous (à mon mur il n’a pas bougé depuis Septembre).

Profiter de l’Irlande et du Connemara

Pour faire suite à mon article sur le fanzine (je vous remercie d’ailleurs pour vos réactions positives dessus, ça m’a donné envie d’en refaire un !), voici les deux sections sur les restaurants ou les logements que nous avons préférés (ou détestés) en Irlande.

J’avais bien fait de faire ce petit guide direct à notre retour, j’ai l’impression que c’était il y a 6 mois et je n’aurais pas retenu la moitié de ces détails. FAITES TOUJOURS VOS GUIDES TOUT DE SUITE APRES ! Et pareil pour les photos, je n’ai pas eu le temps de les trier/retoucher alors je me bénis d’en avoir posté une grosse sélection sur instagram au fur et à mesure sous un hashtag formidable :
https://www.instagram.com/explore/tags/guinnessdelafressange/

D’ailleurs en redécouvrant ce hashtag, je vais utiliser cette géniale photo où je fais pipi pour illustrer mes conseils.

Mes conseils vont être hyper simples et logiques, rien de foufou à vous apprendre :

  • Le seul, l’unique : PAS TROP PRES DU BORD SUR LES FALAISES.
  • Prévoyez des tenues de pluie bien étanches et (si possible) des chaussures de randonnée. L’une de nous était en converses donc c’est faisable comme ça, mais on a eu une chance folle au niveau du temps et on était quand même beaucoup plus à l’aise qu’elle sur certains chemins.
  • Louez une voiture pour vous déplacer partout à votre rythme dans le pays. Attention on y roule à gauche ! Pour ne pas nous rajouter une difficulté supplémentaire, on avait préféré louer une automatique, mais ça c’est vraiment un détail perso.
  • Dans votre emploi du temps, gardez de la marge pour les trajets en voiture : vous allez sûrement faire beaucoup beaucoup de pauses devant des paysages magnifiques.
  • Pour aller sur l’île d’Aran, il y a le choix entre le ferry et un petit avion. Nous avions seulement une journée et une nuit sur place donc nous avons préféré payer plus cher pour l’avion mais perdre très peu de temps (10mn la traversée et la différence était de 20€ pour l’aller retour) et surtout j’ai pu éviter de vomir tout le long avec le mal de mer.
  • Parlez avec tout le monde, demandez à vos hôtes leurs adresses ou leurs chemins préférés.
  • N’hésitez pas à tenter de leur faire découvrir Michel Sardou (que vous aurez téléchargé avant votre départ).
  • Goûtez leurs cidres !
  • N’ayez pas honte de les faire répéter 5 fois, vous pourriez rater une bonne anecdote (surtout dans les bars) – au pire à la 6ème fois à rien comprendre, plongez dans votre Guinness.
  • D’ailleurs si vous êtes bourrés et que vous vous faites tatouer une Guinness, mettez-y du bépanthen quand même les gars.

1 2