juin 2013 archive

Un Américain à Paris, transat et loupiotes

6.50€, des transats, des loupiotes qui s’éteignent, des bières, des glaces et des plaids… mes soirées de juillet vont être bien remplies grâce à la cinémathèque de Toulouse et à sa programmation géniale pour le cinéma de plein air 2013 !

.

séances à 22h30
samedi 29 juin | Un Américain à Paris – Vincente Minnelli
mardi 2 juillet | La Fée – Dominique Abel, Fiona Gordon
mercredi 3 juillet | Cent mille dollars au soleil – Henri Verneuil
jeudi 4 juillet | Beau fixe sur New York – Stanley Donen, Gene Kelly
vendredi 5 juillet | Le Privé – Robert Altman
samedi 6 juillet | Pierrot le fou – Jean-Luc Godard
mardi 9 juillet | Les Monstres – Dino Risi
mercredi 10 juillet | Duel – Steven Spielberg
jeudi 11 juillet | Madame porte la culotte – George Cukor
vendredi 12 juillet | Le Narcisse noir – Michael Powell, Emeric Pressburger
samedi 13 juillet | OSS 117 : Le Caire, nid d’espions – Michel Hazanavicius
mardi 16 juillet | Tigre et Dragon – Ang Lee
mercredi 17 juillet | Planète terreur – Robert Rodriguez
jeudi 18 juillet | Affreux, sales et méchants – Ettore Scola
vendredi 19 juillet | Le Magicien d’Oz – Victor Fleming
samedi 20 juillet | Priscilla, folle du désert – Stephan Elliott
· · · · · ·
séances à 22h
mardi 23 juillet | Banco à Bangkok pour OSS 117 – André Hunebelle
mercredi 24 juillet | Chat noir, chat blanc – Emir Kusturica
jeudi 25 juillet | Comment voler un million de dollars – William Wyler
vendredi 26 juillet | Le Port de l’angoisse – Howard Hawks
samedi 27 juillet | Brazil – Terry Gilliam
mardi 30 juillet | Gerry Gus – Van Sant
mercredi 31 juillet | L’Aventure de Madame Muir – Joseph L. Mankiewicz
jeudi 1er août | L’Homme qui voulut être roi – John Huston
vendredi 2 août | À bord du Darjeeling Limited – Wes Anderson
samedi 3 août | Un tramway nommé Désir – Elia Kazan

Blingbling ring

J’ai une liste d’obsessions (les Susanna de Chloé en 1 loin devant, des Timberland quand je regarde trop de clips de Rihanna, une minaudière Alexander Mc Queen, un 2.55 Chanel et j’en passe) qui ne bougent pas depuis des années. Il suffit d’un coup de coeur un jour et c’est fini : je l’aurai un jour, je l’aurai.

Et après des années à hésiter, j’ai ENFIN rayé la ligne Bague Arty – YSL de ma liste ! (insérez ici une danse de la joie sur Put a Ring on It ou n’importe quel autre Beyonce)(j’ai même enchainé sur Girls wanna have fun, c’est dire). Je l’aime déjà tellement d’amour ! Encore plus belle que dans mes souvenirs, en attendant l’occasion de la sortir et de trouver le vernis assorti, elle est bien rangée avec la grosse baque Skulls Mc Queen qui était mon premier gros gros craquage bijou rayé de la liste il y a 2 ans jour pour jour (link) – craquage suivi depuis notre pacs par une autre bague Mc Queen beaucoup plus discrète qui, elle, ne me quitte jamais <3

Et puis pour remplir les autres doigts, H&M, les brocantes et internet sont parfaits pour compléter la panoplie blingbling (et rassurer mon banquier) : du doré partout !

IMG_7317

(photo mensongère, je tiens tellement à cette bague familiale argentée que je n’ose pas la porter)
IMG_7306.

Comfort Food 001 : Chocolat noir et vin rouge

J’avais en tête cette nouvelle catégorie depuis un petit moment maintenant mais il m’a fallu du temps pour tout tourner correctement dans ma tête (j’ai régulièrement des idées de génie à 3h du mat qui heureusement ne dépassent jamais cette étape) et surtout pour trouver des cobayes pour les premiers articles.

Sans titre-1

eating
.
Selon Wikipedia, le terme de Comfort Food désigne un aliment familier qui suscite un sentiment de réconfort et de bien-être lorsqu’il est consommé. Et précision importante de leur part : les aliments-réconfort sont souvent gras et/ou sucrés. Cette définition me convient parfaitement ; ça n’est pas forcément une recette familiale ou de la grande cuisine mais c’est l’assiette qui te fait rêver quand tu es malade, triste ou juste levé du mauvais pied.
C’est un prozac culinaire en fait.

Et j’ai envie de connaître celui des gens. C’est exactement comme demander à quelqu’un quel est sa chanson ou son film préféré (enfin non pas le préféré genre celui qui fait bien en société, plutôt le vrai un peu honteux qui accompagne ta déprime sous le plaid), ça m’apprendra toujours une nouvelle chose sur sa personnalité et son histoire, que je connaisse la personne depuis 10 minutes ou 10 ans. Et puis surtout j’adore les tester après…

Alors voilà, je m’invite chez celles et ceux qui veulent bien m’ouvrir leur cuisine pour me faire goûter leur sandwich préféré au monde, le plat familial que leur grand-mère a transmis à leur mère, leur secret pour des macaroni qui tuent ou je ne sais quoi encore… Jusqu’à présent chaque personne rencontrée avait une recette complètement différente de la précédente, et il me tarde d’en découvrir encore plein de nouvelles !

Comme ça, on ne sera plus jamais à court d’idées quand il sera l’heure du gras et du sucré pour contrer une mauvaise journée :)

Sans titre-2

IMG_6996

Artiste plasticien installé à Toulouse, Rémi Groussin est le premier à m’avoir ouvert sa cuisine pour me faire partager sa recette réconfortante à lui. Et pour dire vrai je m’attendais à tout sauf à « entre, je prépare un Rotweinkuchen ! ». Okay. Je venais de monter 4 étages sans ascenseur alors je suis restée en priant pour qu’il ne s’agisse pas d’un gateau roulé sous les aisselles. Et j’ai bien fait…

Rémi a découvert la cuisine alsacienne durant une de ses nombreuses résidences, et depuis ce gâteau lui rappelle à chaque fois de bons souvenirs. Comment il pourrait en être autrement avec un dessert qui mixe ensemble le chocolat noir et le vin rouge… Ils sont forts ces alsaciens avec leurs desserts imprononçables !

Allez on s’entraîne pour se la péter : ROT-WEIN-KU-CHEN.

Rotweinkuchen – Gâteau au chocolat noir et au vin rouge

Ingrédients :
85g de beurre mou
150g de sucre brun
40g de sucre en poudre
2 œufs + 1 jaune d’œuf
175ml de vin rouge (type Côte du Rhône)
Sucre vanillé
140g de farine
20g de poudre de cacao
½ sachet de Levure chimique
1 pincée de sel
1 pincée de cannelle
100g de chocolat pâtissier

Etapes :
Préchauffer le four à 180°C.
Beurrer et fariner un moule rond.
Dans un grand saladier mélanger le beurre afin qu’il se transforme en pommade.
Ajouter les sucres et blanchir le tout.
Ajouter les œufs et le jaune, puis le vin rouge et la vanille. Ne pas s’inquiéter si la pâte n’est pas totalement homogène.
Tamiser la farine, le cacao, la levure, la cannelle et le sel. Ajouter à l’appareil et remuer jusqu’à ce que tous les ingrédients soient intégrés.
Découper le chocolat en brisures et les incorporer au mélange principal.
Verser dans le moule bien beurré et enfourner pour 25-30 minutes environ pour que le gâteau reste presque coulant à cœur.

1 2 3