février 2012 archive

The girl on a motorcycle

Depuis presque un an je cherchais partout le DVD de Girl on a Motorcycle (La Motocyclette en vf)(non mais sérieusement…) et je ne le trouvais nulle part pour moins de 50 euros. J’avais beau avoir une folle envie de voir Marianne Faithfull nue sous sa combinaison de cuir sur une Harley Davidson, ça me faisait un peu mal de claquer autant pour un film dont je n’avais vu que 3 minutes de trailer un soir en zappant sur arte…

Hier je l’ai enfin téléchargé et regardé en me disant allez j’achèterai le DVD juste après promis. Et pourtant Dieu sait que je ne télécharge quasi jamais de films, je suis une grosse accro du DVD. Mais hé 50 euros le film, faudrait voir à pas pousser.

Verdict : Marianne Faithfull est magnifique. Sans rire, c’est pas humain d’être aussi belle. Alain Delon tout jeunot est tout mignon. L’histoire est belle, je me suis laissée porter par la voix et les sentiments de Marianne Faithfull et ça m’a vraiment donné envie de lire le roman d’André Pieyre de Mandiargues duquel le film est tiré. Mais la réalisation a vraiment tout gâché : des effets spéciaux horribles, des passages psychédéliques ridicules et Marianne Faithfull sur fond vert avec des roulettes à sa moto.

J’avais complètement fantasmé ce film et je me retrouve à me taper un fou rire nerveux devant un gros plan sur un bouquet de roses. Sans rire, c’était LA scène romantique du film et impossible de me concentrer sur autre chose…

J’ai économisé 50 euros mais j’ai bien les boules.

Eloge de la collectionnite

J’ai toujours été une boulimique de magazines. Les caméras de Tous Différents pourraient me suivre tellement je suis ridicule à acheter -minimum- quatre magazines par semaine sans jamais rien jeter. Sauf que le jamais a ses limites (= le moment ou la table basse déborde et se fendille) et tous les trois mois je me retrouve à faire un grand tri par le vide.

Plus d’un mètre de magazines.

Bon évidemment avant de les jeter je les feuillète à nouveau tous pour être sûre d’avoir gardé les pages intéressantes qui vont aller rejoindre mes chemises de matériel de collage ou mon cahier 2012. Ça peut être tout et n’importe quoi : les natures mortes de Citizen K, les editorials du Vogue Italie, les punchline de Closer avec gros plans sur Loana et j’en passe.

Une bonne grosse centaine de pages.

Et bien sûr il y a les magazines intouchables qui vont rejoindre leurs copains de collection. 90% de couvertures Kate Moss, souvent des éditions étrangères, des tribute to Alexander McQueen ou Lindsay Lohan. J’ai un carton plein de ces trésors qui attendent sagement le déménagement de cet été pour se la péter dans le salon. (ça me fait penser qu’il faudra que je fasse un article avec toutes les idées de ‘magazine holder’ qui trainent sur les internets).

Huit magazines.

Et le mieux du mieux : les magazines dont j’avais tout simplement oublié l’existence. Pour commencer un Stool Pigeon ramené de Londres pour Gisèle Price. (oui je perds aussi les souvenirs que je ramène, la grande classe). Et là où j’ai hurlé de joie : mon exemplaire du Crapouillot – Les Homosexuels était perdu entre deux GQ ! 72 pages de bonheur qui vont avoir leur place de choix toujours à portée de main dans le salon.

Un bon gros coup de cœur.

Allez, je vais fêter ça en faisant chauffer un thé pour le Crapouillot et un feu de joie dans le local poubelle.

Samoussas, courgettes et pesto

Après être tombée sur le blog de Pagonophore sur un tutorial de pliage les samoussas, il fallait à tout prix que j’en fasse. Avec n’importe quoi. (oui j’étais motivée mais pas assez pour traverser la rue jusqu’au Spar) (et je bénis Rémi d’avoir partout dans la cuisine des épices dont je ne connais même pas le nom). Résultat j’ai pris dans mon frigo tout ce qui se terminait et j’ai roulé le tout pour faire un vrai gros festin. J’en reviens toujours pas d’avoir fait tout ça toute seule en 20 minutes sans retourner la cuisine !

Ingrédients pour 8 samoussas :
8 feuilles de brick rondes
250 g de bœuf haché (on avait 2 steacks hachés 5%)
1 courgette
1 oignon
1 œuf
1 cuillère à café de cannelle
1 cuillère à café de cumin
1 cube de bouillon de boeuf (j’ai utilisé un cube volaille)

Préparation des samoussas :
Faire préchauffer le four et utiliser un wok ou une grosse poêle.
Râper la courgette et la faire revenir 5 min avec l’oignon émincé.
Ajouter la viande et faire dorer 3 min. Ajouter les épices et le bouillon émietté.
Incorporer l’oeuf battu au mélange.
Plier les feuilles de brick en triangles en remplissant avec la farce (j’avais des dessins explicatifs sur le paquet, trop fastoche).
Mettez-les 5 minutes au four pour les faire dorer.

Rajoutez une petite sauce express (avec encore les moyens du bord) : un yaourt brassé 0% et des fines herbes et PAF 20 minutes chrono je vous dis !

Call on me

J’hésite entre faire mon heure de Pump it up (ma nouvelle obsession du moment) avant ou après ma sieste. Le temps que je me décide on sera demain et mon gras n’aura pas bougé du canapé.
L’histoire de ma vie un peu.

1 2 3