octobre 2011 archive

Bobby Pohler

Apprendre pour du vrai à quoi servent tous les boutons de la table de mixage avant la sortie de l’article écrit par la journaliste de Elle qui m’a réveillée ce matin. Ou même mieux, avant les prochaines soirées bookées le mois prochain. Je suis l’impostrice du siècle un peu. (mais une impostrice qui fait danser même avec des transitions moisies, c’est déjà ça)

Johnny, Paulette et mon léopard

Je suis malade comme un chien. Fièvre et tout le toutim (ça se dit en vrai toutim ? non parce que maintenant que je sais que pendant 26 ans j’ai dit faire la noumba au lieu de nouba je me méfis). Point positif : entre deux delirium tremens je peux rattraper mon retard en magazines (hors Closer et Public, ça j’ai toujours le temps pour les lire). Point négatif : lire des conseils modes en snuggy léopard et cheveux gras me donne mauvaise conscience.

Qu’il est beau le premier Paulette ! J’avoue l’avoir ouvert avec un sacré à priori ; un premier numéro spécial Chamane et Nouveau Monde c’était loin d’être évident. Déjà que tumblr déborde jusqu’à la nausée de photos de mode avec des coiffes de plumes achetées à C’est la Fête, je me voyais mal me taper 144 pages de plumes où je pense. Et bah laissez moi vous dire que Paulette a été bien couillue de faire ce pari et que je l’ai feuilleté puis relu avec beaucoup de plaisir ! Jolie mise en page sans prétention, conseils déco, cocooning, beauté et mode hyper accessibles (de belles pages modes autour d’un col C&A ça nous change et j’en redemande)(non mais je suis sérieusement à deux doigts de craquer et d’installer un tipi dans mon salon). Tout ça pour dire que j’ai kiffé ce premier numéro et ce bon vent de fraîcheur dans ma boite aux lettres. Et pour les retardataires, l’abonnement Paulette c’est ici.

(attention les yeux, deuxième gif)

On range les plumes et on pleure devant la réussite et la beauté des montages et des shootings Citizen K. Sans rire, un euro, UN EURO ! Je pense n’avoir jamais raté un numéro, au tout début c’était l’excuse du ‘oh c’est pas cher, je pourrai tout découper l’esprit léger’, et de fil en aiguille le style et les sujets se sont affutés et l’euro lui n’a pas bougé (résultat j’achète en double : un à découper et un à garder)(bravo Citizen K, bien joué). Le numéro tout rose de cet été par exemple était tellement parfait que je l’avais acheté en trois exemplaires pour en filer un à Gisèle Price (pas comme le numéro tout romantique naze de Vogue Juillet qui m’avait déçue déçue déçue). Et là le numéro d’Automne m’a lui aussi scotchée, je colle des post-it à chaque page sur des sujets à googler plus longuement, et je ne vous parle même pas de Diane Kruger… Citizen K me rend un peu moins bête en fait. (bon pas de là à m’abonner hein, 20 euros les 4 numéros dans ma boîte aux lettres contre 4 euros chez le libraire d’en face qui vend des bonbons, faut pas pousser…)

Sur ce, je retourne chouiner sous ma couette en snuggy.

Avec un t-shirt Harley Davidson sous mon snuggy, oui. (je précise pour si jamais quelqu’un de chez Citizen K tombe ici en cherchant l’inspiration)

Oh et oui mon snuggy ne fait pas que respirer la dignité et la classe, il me réchauffe aussi les pieds. (je préfère être exhaustive quand à cette merveille pour si jamais chez Paulette ils veulent faire un article sur comment rester féminine même à l’agonie)

Voilà. Bisous.

1 2 3 4