juillet 2011 archive

Un dos tres maria

Ca y est. J’ai repris le boulot depuis deux jours, raconté le weekend aux copains et installé Lion sur le mac. Madrid est officiellement un souvenir, je ne réalise toujours pas que avant hier j’y étais encore. C’est naze de rentrer de vacances. Alors j’en profite tant que c’est encore frais pour vous raconter le 3e et le 4e jour. Vendredi (je suis optimiste) je mettrai en ligne l’album photos, samedi une petite playlist et finito envolé Madrid.

13h
Et encore c’est un miracle qu’on ait réussi à se bouger à 13h vu la soirée de la veille… Départ pour le quartier Latina et plus précisément le marché Rastro. Alors surtout si vous allez à Madrid n’achetez rien JAMAIS dans les boutiques souvenirs et attendez plutôt le dimanche matin pour aller flâner au marché. Eventails, chapeaux, lunettes et babioles, vous avez tout à des prix dérisoires. Trois éventails pour cinq euros, je peux vous dire que j’ai ramené des cadeaux pour toute la famille et que j’ai de quoi me ventiler si jamais il se décide un jour à refaire plus de 17° à Toulouse.

16h
Petite pause en plein soleil (on s’en fout on a des éventails) à Plaza dia Paja où on se fait plaisir dans une resto bio organique avec buffet au poids, Viva la Vida. J’ai bonne conscience rapport à mes cuisses et ma consommation de jambon mais je me sens plus bobo péteuse que jamais donc NON je ne mettrai pas le nom du resto en gras.

18h
Sex and the City s’appelle Sexo en Nueva York et ils traduisent ‘ooooh sweety’ par ‘ooooh bonita’. BONITA !

20h30
Gisèle vit sa première corrida à Las Ventas. Les arènes sont superbes et on est au premier rang pour 5 euros. Je ne vais pas m’étaler sur le sujet pour ne pas lancer de débat pro/anti mais je pourrais en parler des heures…

Le lendemain fut tout aussi calme avec un dernier tout quartier Sol avant de sauter dans l’avion à 20h. Entre temps on a eu le temps de manger le midi au Mercado San Miguel (mon dieu les étalages sont magnifiques, même les cornets de chips font envie), de faire les touristes au Palacio Real entourées de japonais, d’aller s’hydrater au Museo del Jamon (TOUT est à un euro, bières, sandwichs et tapas)(mais vous devriez en rester aux bières si vous ne voulez pas vomir toute la nuit) et surtout de finir le week end sur des churros trempés dans un chocolat chaud dont la Chocolateria à le secret (3,60 euros les churros et le choco à se partager à 3, c’est vraiment un passage obligé)(et c’est ouvert H24 tous les jours)(et c’est à tomber surtout).

Voilà. Le temps de sauter dans le métro pour aller à l’aéroport, Madrid me maque déjà.

Je sais pas dire 2e jour en espagnol

Journée commando : commencer la journée en fouinant des 45T Plaza del Dos de Mayo, se faire tatouer entre un hotdog et un perrier tranche, bronzer près d’une piscine sur les toits, jouer au babyfoot et faire le grand écart sur un Destiny’s Child à 4h.

11h.
Métro Tribunal pour le quartier ‘vintage’ de Madrid (j’ai failli dire bobo mais en fait j’ai trouvé le quartier Latina beaucoup plus bobo). Autant de friperies parfaites c’était limite indécent, il fallait qu’on essaye tout. TOUT. Les blousons frangés, les doc martens, les combishorts fluos et les tshirts avec des yorkshires. Le midi on a craqué pour des hotdogs trop mignons au Lolina Vintage. Je ne pensais jamais utiliser cet adjectif pour des hotdogs mais vraiment ils étaient juste adorables : bien présentés, goûtus, frais et l’endroit donnait envie d’y passer la journée le mac sur les genoux. Sauf qu’on a fini par se bouger les fesses pour péter un plomb à deux rues de là. ET VAS-Y CHICHE QU’ON SE TATOUE TOUTES LES TROIS. Chiches.

18h.
Direction Chueca, le quartier gay madrilène. On se faufile dans l’ascenseur de l’hôtel Room Mate direction le toit et là bonheur absolu : une piscine, des banquettes libres partout (il était tôt, 30 minutes après les gens se jetaient sur ton matelas si tu te levais te gratter les fesses) et des serveurs dignes d’un remake gay de la Croisière s’amuse. Love. Exciting and neeew. Come aboard. We’re expecting youuu. SMS de mon Remedios qui nous ramène à la réalité : Amy Winehouse est morte.

22h.
Après avoir beuglé une bonne heure sur Me and Mr Jones à l’appart, on repart pour Tribunal manger du jambon. Le restaurant Olé Lola est parfait pour une soirée entre filles : gaspachos et salades aussi originaux que bien servis. C’est un miracle qu’on ait réussi à résister aux desserts. Une rue plus loin le bar 31 est officiellement devenu notre QG rêvé. Les parties de babyfoot étaient au top niveau et je vous décris même pas les décibels quand j’ai mis une fléchette au milieu de la cible. AU MILIEU ! Après cette victoire on saute dans un taxi pour aller danser au Musée (quartier Cuzco). Je ne vais pas tout vous raconter mais sachez juste que Léa a fait la coupole par terre à côté de la créatrice de Filippa K.

Till the world ends et dodo.

El primer dia à Madrid

Je profite que les filles dorment encore pour vous raconter le premier jour madrilène (dans 3 jours j’aurai la flemme je me connais)(idem les photos sont sur mon appareil, vous aurez tout la semaine prochaine)

9h.
Notre gentille hôte Léa le koala travaillant le vendredi jusque 14h, on a pu en profiter avec Gisèle pour manger des croissants fourrés à la philadelphia et au jamon devant des telenovelas. Rapport à mon niveau d’espagnol rivalisant avec celui de Richard Virenque en anglais, je ne vous raconte pas la fierté quand j’ai compris UNE phrase. La gamine qui veut défendre le garçon d’écurie et qui dit qu’il n’est pas borracho parce que quand même PERSONNE ne peut être saoul dès le petit déj. Et là gros plan sur la Sue Ellen locale qui mange ses céréales et s’arrête pour lever juste un sourcil.

11h.
On a donc fini par lever nos fesses du canapé pour traîner calle Serrano (la rue hyper commerçante) avant de choper Léa devant son taff calle Velazquez (la parallèle de la Serrano)(au passage, je ne comprends pas ce nom de rue)(c’est comme si nos Champs Elysées s’appelaient les Champs Saucisson quand même). Et là je vous dis pas comme on a été sages niveau rebajas malgré TOUTES les chaussures soldées à moins de 20 euros chez Zara (j’ai juste craqué sur une paire de mocassins à glands léopards, faut pas déconner non plus).

14h.
MANGER. On saute dans le métro jusque Chueca pour aller manger au Marché San Anton. Comment vous dire. Ma passion pour la bouffe + ma passion pour les marchés qui sentent bon la bouffe et te mettent à dispo des morceaux de jamon pour goûter = San Anton est le paradis. Non mais il y avait même une galerie d’art au premier étage du marché ! Et les gens pouvaient acheter de la bouffe à chaque stands et se retrouver tous au milieu pour manger ensemble autour de grandes tablées, le truc trop convivial. Mais notre guide a sorti un joker de son sac : on a suivi Léa jusqu’au toit pour y découvrir un resto et un bar trop mignons qui s’approvisionnent directement au marché. La Coccina de San Anton je crois. Et vas-y les croquettas, les chipirones et la salade verte avec des fruits de mers à tomber par terre. Le gentil serveur nous invite à passer au bar le soir-même pour nous payer un verre, si on était dans un dîner presque parfait ils auraient eu 5,80.

16h.
Digestion sur une barque. Le Retiro est un immense parc en plein coeur de Madrid beaucoup trop parfait. Des gros chiliens se déguisent en Mickey pour les photos, des amoureux se roulent dessus dans les fourrés, des vendeurs te font deux bracelets de l’amitié pour un euro (BIEN SUR qu’on en a pris trois) et surtout au milieu des guitaristes/saxophonistes trop mignons qui t’ambiancent il y a un joli lac avec chutes d’eau, canards et poissons volants (en vrai !). Pour 4,55 euro tu grimpes sur ta barque avec tes pagayes pendant une heure. Et là le paradis : bronzette, pieds dans l’eau, instax et coca zéro. On a enchainé sur le joli Palais de Cristal (toujours dans le parc) et on a fini par déposer une gerbe à l’endroit où Léa s’est faite voler sa vespa jeudi dernier à l’entrée du parc (T’IRAS EN ENFER LE VOLEUR).

18h.
Métro Sol – TOPSHOP. Et bah naze naze naze. Tout petit, mal agencé et peu de choix en chaussures. Bon ça ne nous a pas empêchées d’essayer chaque article soldé hein. Mais ça m’a réconfortée dans mon idée que 1. Topshop c’est cher pour ce que c’est et 2. tailler aussi petit devrait être interdit par la loi.

19h.
Métro Rios Rosas – maison. Les pieds ont triplé de volume, la journée sous 35° commence à vraiment se faire sentir, on se battrait pour savoir qui sera la première à se jeter sous la douche. On y était vraiment presque, genre à 4 numéros de chez Léa, et là le drame. L’Emmaus espagnol qui fait une offre spéciale juste aujourd’hui : tout à trois euros et un cadeau pour cinq articles achetés. CHALLENGE ACCEPTED. Je dois donc réussir à faire rentrer dans ma valise : deux nouvelles robes, une chemise rouge avec des chainettes dorées fermant le col (coucou Bonnie Tyler), un t-shirt et une paire de méduses (depuis UN MOIS j’en cherchais partout, c’était le DESTIN que je les trouve là)(j’ai envoyé le mms des trouvailles à mon mec, il veut me quitter je crois).

22h.
Apéro jamon, douches et essayages. Entièrement vêtues de nos trouvailles emmaus, on saute dans le métro direction Sol. Et là je vous jure que je n’avais jamais vu autant de bars de ma vie. La folie, t’as envie de rentrer partout. On arrive donc place Castellana pour manger au Lateral. Surprise 1. le nombre de restos regroupés ici vaut le nombre de bars croisés et 2. on va attendre une heure pour être assises et le gars qui tient la liste de placement est aussi aimable que le roux du premier jury de popstar. Mais je vous jure que ça vaut VRAIMENT le coup de prendre son mal en patience. Dès la première fourchette t’as juste envie de pleurer tellement c’est bon. Croquettas, tartines au thon, à la moutarde ou au camembert, boulettes à tomber par terre. Et le truc qui t’achève : cheese cake et tarte au citron meringuée. La meringue putain, j’en ai jamais mangé une aussi bonne ! Addition : 40 euros (en comptant des cocktails en plus). J’ai sincèrement cru qu’ils avaient oublié la moitié de notre commande mais même pas. Si jamais vous allez un jour à Madrid, foncez manger là sans hésiter !

2h.
Le taxi nous a mis Hold It Against Me à toute blinde.

(et au milieu de tout ça, le téléphone a sonné. Les jumeaux de mon frère sont nés à 8h. Je suis d’ors et déjà amoureuse de Marie et Benjamin sans même les avoir jamais vus)

Who run the world GIRLS

Telle que vous me voyez là, demain matin à la même heure j’aurai la gueule de bois à Madrid et vous n’imaginez même pas comme il me tarde ! Au programme : 4 jours de mojitos, charcuterie, fripes qui se termineront en fireworks sur un concert de Cindy Lauper. CINDY LAUPER ! WANNA HAVE FUN GIRLS ! Et comme je ne laisse vraiment rien au hasard niveau fun, j’ai préparé l’intégrale de Beyonce pour ambiancer l’avion orange d’easyjet. (mais sans prévenir Gisèle, ça sera la surprise)
(wha oh oh oh oh oh)

1 2 3