NEW YORK - SEPTEMBER 1976:  Country singer Dolly Parton poses for a portrait in Septemberl 1976 in New York City, New York. (Photo by David Gahr/Getty Images)

Cause this dumb blonde ain’t nobody’s fool

Je me suis rendue compte l’autre soir en portant mon t-shirt Dolly Parton lors d’une tournée de bars que pas mal de gens n’avaient absolument aucune idée de qui est cette blonde aux seins aussi impressionnants que la choucroute, et ça m’a brisé le coeur. Evidemment j’expliquais que QUOI TU CONNAIS PAS MAIS C’EST LA REINE DE LA COUNTRY ET ELLE EST TROP DROLE ET INTELLIGENTE à grand renfort d’anecdotes mais plus les Bud avançaient et moins j’étais patiente (j’ai fini par répondre « ma mère » aux « c’est qui sur ton t-shirt ? » passé 1h30).

Alors je vais faire mon ode à Dolly Parton ici et j’aurais plus qu’à m’imprimer le lien sur une carte de visite avec sa tête pour quand je mettrai mon t-shirt.

Untitled-6
(en arrière plan mon ordi et mon verre de vin, maintenant vous savez comment j’écris ici)

Dolly Parton n’est pas juste une chanteuse de country, elle a quand même écrit plus de 3 000 chansons dispatchés sur plus de 65 albums. On peut donc dire qu’elle n’a pas chaumé les années 50, du coup même sans être fan de ce genre musical (vous devriez pourtant) je mettrais ma main au feu que vous connaissez certaines de ses chansons sans forcément savoir que c’est d’elle.

Allez vous savez que j’aime les TOP3 alors voilà mon mini TOP3 des chansons les plus connues de Dolly Parton :
I Will Always Love You. Oui Whitney Houston lui a tout piqué. Sa version était à la fin du génial film La Cage aux poules (The Best Little Whorehouse in Texas) sorti en 1982 que je ne saurais trop vous recommander ! Et Dieu que j’aime la version de Dolly et qu’est ce que j’ai pu pleurer devant ce passage du film…
Jolene Jolene Joleeeeeene I’m begging of you please don’t take my man. C’est la première chanson de Dolly (et de country) que j’ai entendue, ça a été un coup de foudre plein de larmes. Dolly Parton aime raconter en concert que c’est une histoire vraie, qu’elle a du se battre bec et ongles pour garder son mari pour elle (son mari qu’elle a épousé en 1966 et avec qui elle est toujours ; on devrait tous écouter les conseils amoureux de Dolly). J’ai toujours eu envie d’appeler ma fille Jolene mais bon en français j’ai pas envie d’imposer Jolène à une gamine, c’est un coup à terminer dans Tellement Vrai ça.
9 to 5, cette chanson tirée du film du même nom est loin d’être ma préférée mais (en France) c’est un de ses plus gros tubes. Fun Fact : Dolly Parton a eu l’inspiration de cette chanson grâce à ses longs faux ongles qui faisaient le bruit d’une machine à écrire quand elle les tapait sur une table, du coup elle a pu composer la chanson sur le set du film en se tapant le rythme.

Oh et tant qu’on en est dans les Fun Facts :
– En 1986, Dolly Parton a fait l’acquisition d’un parc d’attractions en faillite dans le Tennessee qu’elle a remis à flot : Dollywood ! Ca ne surprendra personne que je rêve d’y passer un week-end ?
– La première brebis clonée a été appelée Dolly en hommage à la poitrine de Dolly Parton.
– Dolly Parton est la marraine de Miley Cyrus (mais ça si vous avez suivi Hannah Montana vous le savez et vous avez vu leurs duos <3)

tumblr_mnzj80s4FZ1qjediqo1_400
(ce gif est merveilleux)

Il y a eu pendant des années des rumeurs comme quoi la poitrine et les bras de Dolly étaient entièrement tatoués de fleurs, d’anges et autres trucs cuculs pastels dingues sans jamais avoir de confirmation.

Et finalement en mai 2014, après 10 ans de manches longues, Dolly a finalement craqué et craché le morceau dans le Today Show de Savannah Guthrie : yep elle a pas mal de tatouages, la plupart sont là pour cacher des cicatrices mais surtout ils sont dans des endroits où le public ne peut pas les voir. ALORS C’ÉTAIT VRAI !! Vous allez pas me dire que c’est pas rock n roll ça ? Franchement, ça nous change des Rihanna qui font 50 instagram de leur dernier pistolet tatoué sous le nibard.

tumblr_lzc3kdFn3m1r1c3jbo1_500

tumblr_n5k7nh16BD1qhub34o2_400

Qu’est ce qu’on peut dire d’autre sur Dolly Parton ? Oh oui si ! Après 10 ans à Nashville, son premier concert à New York en 1978 a été un événement énorme et aux premiers rangs des fans on trouvait – entre autres – Mick Jagger et Patti Smith.

(je voulais faire une transition entre Mick Jagger et le magazine Rolling Stone mais j’ai la flemme) Et donc Rolling Stone Magazine l’a classée en 2012 parmi les 50 plus grands albums de tous les temps catégorie « Women who rock » et je trouve ça génial de la retrouver au milieu de toutes ses meufs qui ont changé le rock. D’ailleurs Dolly Parton fait partie du cercle très très fermé des artistes ayant été nommés aux quatre plus prestigieuses récompenses possibles pour un artiste américain : les Emmy Awards (télévision), les Grammy Awards (musique), les Oscars (cinéma) et les Tony Awards (théâtre). Rien que ça.

dolly_mick

tumblr_nnwx68InaL1sp90ulo1_500

Et puis même si vous vous en foutez de sa musique, ses citations font toujours leur petit effet en société…

tumblr_m9d6mzruf21r1c3jbo1_500

tumblr_m9d6mzruf21r1c3jbo2_500

Rien que pour ça, i will always love you Dolly Parton !

tumblr_mdg3t5mBeo1r1c3jbo1_250
tumblr_mdg3t5mBeo1r1c3jbo3_250

tumblr_mdg3t5mBeo1r1c3jbo2_250
tumblr_mdg3t5mBeo1r1c3jbo4_r1_250

 

tumblr_n952nvMEg21thv5jqo4_250
tumblr_n952nvMEg21thv5jqo3_250

tumblr_n952nvMEg21thv5jqo1_250
tumblr_n952nvMEg21thv5jqo5_250

tumblr_n952nvMEg21thv5jqo2_250
tumblr_n952nvMEg21thv5jqo6_250

 

Untitled-1

You should be dancing

On va parler du retour des jeans flare années 70 alors choisissez votre team :

#ENFINPUTAIN
giphy-1

ou #nowayjosé
snowinoureyes

J’étais pas vraiment décidée sur le sujet, relativement traumatisée par le collège et le combo jean patte d’eph (violet)(oui.) + grosses billabong (bleues) aux pieds. Ca vous aurait marquée aussi un truc comme ça. Mais je me dis qu’il y a forcément moyen de porter ça mieux (ou au moins de pas faire pire)(par exemple en évitant le violet) et puis après 10 ans en slim c’est devenu une idée fixe d’avoir de l’air autour des mollets comme ça juste pour voir ce que ça fait de ne pas avoir la circulation sanguine coupée sous le genou.

Dubitative, j’ai commencé à fouiner pinterest pour me faire une idée de ce qu’un jean pouvait donner remis au goût du jour et j’en suis venue à la conclusion que 1. regarder pinterest pour se faire une idée de ce quoi que ce soit porté est débile à moins de faire 1m80 et 50kg ; 2. pourquoi je n’avais pas 20 ans pendant les 70s ? Et pourquoi le flaire va-t-il mieux à Mick Jagger qu’à 90% des blogueuses modes ? Allez, je suis décidée et le mal est fait – grosse replongée la tête la première dans des silhouettes seventies en écoutant les vinyles associés en boucle.

Voilà. Si j’ai envie d’un flare c’est uniquement à cause de Jimi Hendrix.

giphy

2015_05

saturday-night-fever

Et PAF le bonheur n’était pas bien loin : Zara est blindé de flares !
Et aussi de franges ! et de simili-daim canon ! et de tout ce qui me fait envie en ce moment finalement. J’avais délaissé Zara depuis un moment à souffler dans les rayons sauf pour quelques basiques comme des boots classiques ou leurs t-shirts d’été en lin mais là j’aurais pu m’acheter facilement deux tenues complètes si je ne m’étais pas retenue. Aucune idée de si c’est le printemps ou les années 70 mais aujourd’hui je ne suis que joie de mettre autre chose que mon bon vieux slim noir – pour une journée.

Untitled-3

Untitled-1

(et évidemment le gros Jojo : moi aussi la photo, moi moi moi)

Untitled-2

Mon verdict après cette journée :

Point négatif :
– il me faut une nouvelle jolie ceinture marron en cuir sinon j’ai les fesses à l’air (je l’ai pris taille basse, de dos le taille haute + flare me faisait vraiment une silhouette horrible et il sera plus facile à porter comme ça).
– je suis obligée de mettre des talons pour éviter de marcher dessus et me casser une jambe (et pourtant je fais 1m78, si vous le prenez chez zara attendez vous à faire un ourlet)
– mon mari déteste, lui aussi ça lui rappelle de mauvais souvenirs avec des grosses vans aux pieds et à priori il ne s’en remettra jamais (mais en même temps who cares ?)

Point positif :
– c’est taré la silhouette élancée que ça fait, j’ai perdu 3kg juste en le mettant (ou alors c’est juste les talons ?)(on va dire que c’est le jean sinon j’ai pas de point positif)
– j’aurais juste à copier Kate Moss et rajouter un t-shirt en coton + un ou deux bijoux pour avoir une tenue parfaite cet été ; et ça c’est vraiment cool pour la fainéante que je suis !
Gisele Price m’a demandé le nom du modèle pour s’acheter le même – il nous reste plus qu’à convaincre nos mecs et on pourrait faire un revival ABBA tous ensemble !

 

 

DSCF3346

Quelques jours au Sri Lanka

Le Sri Lanka a été notre destination favorite, c’est indéniablement la semaine qui nous aura le plus marqués pendant ce voyage. Des paysages merveilleux, des temples incroyables, de belles rencontres et surtout beaucoup d’éléphants.

tumblr_lrmxhbNYsY1qm6oc3o1_500

DSCF2622

DSCF2627

DSCF2628

DSCF2670

(suite…)

DSCF2603

In the cold Korean air

tumblr_meacjhiNtA1rewlapo1_500

DSCF2603

Après la Californie, le changement a été vraiment radical : une journée de décalage horaire dans les dents, une vingtaine de degrés perdus et surtout la découverte de Séoul !

(Je ne vais volontairement pas vous parler de chaque monument et quartier car cela serait un article sans fin et dur à suivre, mais par contre si vous comptez aller à Séoul n’hésitez pas à m’envoyer un email ! J’ai tout noté dans mon carnet et j’ai gardé mes plans annotés, ça sera avec plaisir que je rentrerai davantage dans les détails.)

Séoul ne ressemble à rien de ce que j’ai pu voir avant – même Tokyo ne m’avait pas autant dépaysée en 2012 – ici nous n’avons croisé aucun autre touriste occidental et surtout l’anglais était vraiment très peu répandu. Alors ça a été la grande aventure : on a choisi au pif dans les restos, on a mimé du riz (vous avez déjà mimé du riz ?), on s’est perdu dans le métro (5 quais pour une seule ligne, qui fait ça franchement ?) et surtout on a pleuré de rire dans les taxis qui nous perdaient. Mon seul conseil : demandez à la réception de vous noter en coréen sur des papiers les noms des endroits que vous voulez visiter, ça vous sauvera la vie quand vous aurez besoin d’aide dans la rue ou les taxis.

On m’a souvent demandé ‘mais pourquoi Séoul ?’ avant notre départ – bon déjà c’est Rémi qui a choisi cette destination là – mais il y a 1000 raisons de découvrir Séoul ! Les temples sont merveilleux au milieu des buildings, les guides anglophones sont passionnés et on se laisse vite transporter par leurs croyances : c’est fou de pouvoir expliquer toutes les couleurs par rapport aux pouvoirs de la nature, l’architecture par rapport à la position de la montagne où le roi puisait sa force ou encore les marches et chemins sur lesquels uniquement les esprits peuvent marcher. Cet univers est fou, je ne connaissais pas assez ces croyances et ça m’a vraiment donné envie de me plonger davantage dedans par curiosité. Comme je le disais, les temples sont vraiment fondus dans le paysage urbain ; c’est à tel point que, quand ils ont trouvé des vestiges archéologiques en construisant le building moderne DDP, ils ont décidé de changer les plans pour construire cet édifice autour des vestiges pour les mettre en valeur. Tout y est comme ça, vraiment très respectueux du passé.

Et puis on va pas se mentir, la nourriture coréenne à ENORMEMENT joué dans notre choix. A peine la valise posée à l’hôtel que Rémi a foncé à la réception « bonsoir, je voudrais manger du poulpe vivant, vous me conseillez quoi ? ». Et il a mangé toute son assiette. En se régalant. J’en ai goûté un morceau pour pas mourir idiote, j’ai eu l’impression d’être dans une épreuve de Koh Lanta… Mais heureusement il y avait beaucoup d’autres beignets, vapeurs et barbecue beaucoup plus ‘classiques’ ! Petit problème : j’avais la bouche en feu ! De ma vie je n’ai jamais rien mangé d’aussi relevé que la nourriture coréenne. Un cauchemar, j’étais obligée de demander un bol de vache qui rit pour y tremper ma nourriture avant de pouvoir essayer de la manger. Les marchés étaient incroyables, on s’arrêtait à chaque étal pour tout goûter : du bébé crabe entier au foi de porc séché en passant par le boudin coréen et les moules grandes comme mon avant-bras. C’était dingue. Je sais que je me souviendrai de ce repas au marché de poisson toute ma vie : l’entrepôt immense sous les néons, le restaurant au premier étage avec nos courses cuisinées dans la minute et surtout les cul-secs d’alcool coréen – c’est peut-être pour ça qu’on s’est perdus dans le métro au retour d’ailleurs.

Quant aux Coréens, je les ai trouvés hyper accueillants, agréables et curieux. Les touristes occidentaux sont plutôt bien vus (bon sauf les groupes de fans hystériques de K-Pop qui fatiguent un peu les guides) et ils sont très heureux de partager leurs savoirs et surtout leurs technologies – bloqués entre la Chine et le Japon, on sent vraiment qu’ils veulent que ça soit leur tour d’exploser (et qu’ils en ont gros la patate contre leurs voisins). Dans chaque lieu (restaurant, magasin, marché, temple) les gens étaient vraiment très soucieux du fait qu’on passe un bon moment et qu’on en garde un bon souvenir ; cette gentillesse est toujours aussi surprenante, et ce sont ces détails qui nous donnent sans arrêt envie de voyager plus. D’ailleurs ce court séjour à Séoul nous a vraiment donné envie de retourner un jour en Corée du Sud pour y faire un road trip dans le pays en allant chez l’habitant et en s’immergeant davantage dans leur culture. Bon dans quelques années hein ! Mais je me le garde dans un coin de tête…

Sur ce, j’ai réussi à faire descendre mon dossier à 125 photos et ça a été une torture de trier vu le nombre de photos prises et de choses que j’avais envie de partager ici… mais j’espère que ces photos vous donneront envie de considérer Séoul comme une destination cool à découvrir !

DSCF2020

DSCF2021

DSCF2022

DSCF2023

DSCF2024

DSCF2031

DSCF2050

DSCF2052

(suite…)

1 2 3 111