Souvenirs de voyage : je me suis lancée dans un fanzine

J’ai bien rempli mon cahier et bombardé l’Irlande de photos mais en rentrant j’étais frustrée en les regardant : c’était tellement bien tout ça que j’avais envie que ces souvenirs vivent encore un peu avec les copains. Et là j’ai eu le déclic grâce au Fanzine de Britney Fierce « Belfish » (rapide parenthèse : j’en ai un et j’en ai offert un qui a bien plu, pensez-y pour vos potes à Noël !).

Et là zéro créativité : je lui ai pompé le format sans aucune vergogne – évidemment c’était pour un premier souvenir perso, si c’est pour le vendre ou le diffuser no way José. Je fouille d’ailleurs partout pinterest et internet pour avoir d’autres inspirations, mais pour le coup ce fanzine sur ma table du salon était providentiel !
Bref, une nuit blanche plus tard : j’ai créé mon premier petit fanzine !

Woo !

LA LALALA LALALALA LALA !

untitled-1

untitled-2

untitled-4

Pour le contenu : les adresses et anecdotes que j’avais notées dans mon cahier, des instax et des dessins scannés et un peu de travail de mise en page pour égayer le tout.

Le plus gros du boulot était de créer le format avec des marges propres, des titres alignés, des typos lisibles etc etc. Après le remplissage a été rapide, je l’avais en tête avant même de me lancer et faire un brouillon sur une feuille A4 aide bien. Ensuite je suis allée avec mon PDF dans un imprimeur lambda pour faire une impression recto verso A3+ dont j’ai coupé proprement les marges blanches pour avoir un A3 propre qui se plie en 6 petits A6.

Points positifs :
Je n’aurais plus besoin de préter mon cahier perso à tous les gens qui iraient en Irlande – leur envoyer une photo des 2 pages d’adresses peut suffire.
Le budget : cela m’a coûté 9.50€ pour 4 exemplaires.

Points négatifs :
Maintenant que la base est là (format, marges, alignements), il y a un risque que j’en fasse pour tout et n’importe quoi et que je bassine mon entourage de fanzines sur le premier Noël d’Edie ou ma recette de gâteau au yaourt.
Le temps passé : 6h environ.

Ma conclusion :
LANCEZ-VOUS !
(et achetez un Belfish, comme ça Britney Fierce m’en voudra moins d’avoir copié)

dscf930

Voyager léger et paré : mes stylos préférés

En voyage j’essaye toujours de gagner de la place et du poids dans mes sacs pour ne pas me péter le dos (non c’est faux, c’est pour acheter plein de trucs là-bas) donc j’ai appris au fil du temps à faire une trousse minimum pour le remplissage des cahiers.

Si je ne devais prendre qu’un seul truc : un bic noir tout con.

Moleskine en a sorti un clipsable à ses carnets bien pratique : Stylo Moleskine
Mais je n’ai pas testé, dans ma trousse j’ai :
En pointe moyenne, j’ai toujours celui-ci qui glisse vraiment bien : Acroball Pilot
En pointe extra-fine, j’ai acheté celui-ci juste pour le design et il est TOP : Stylo Hibi

79943

Bon hé on va le décorer quand même ce carnet

Pour ce qui est de dessiner, faire une calligraphie cool ou n’importe quoi, je suis tombée amoureuse des Tombow Dual Brush et je les utilise pour TOUT, je ne prends plus que ça avec moi. Le côté Brush remplace un poska et le côté Pen est parfait pour seconder ma collection de Feutres Fins Stabilo qui reste à la maison.

Tapez « Tombow Dual Brush », ça devrait facilement achever de vous convaincre :

Coller, décoller, recoller.

Pour ce qui est de coller des instax, je n’aime pas l’idée de les abimer pour si jamais un jour je veux les retirer du cahier pour les utiliser ailleurs alors j’évite le scotch ou la colle et j’utilise des coins transparents (vendus par 500, y’a de quoi faire).

Après j’ai aussi l’habitude de garder les tickets de musées, les cartes de restaurants cools etc mais pour ceux-là je veux juste bien les fixer donc j’utilise du Masking Tape parce que 1. c’est plus joli 2. le scotch transparent abime tout quand on le repositionne 3. la colle uhu traverse et fait caca sur la pâge de derrière. Par contre je ne prends qu’un seul rouleau (souvent uni) pour ne pas m’encombrer (et parce que je suis maniaque de l’unité dans le cahier, j’avoue).

Oh et les gars, N’EMPORTEZ PAS VOS CISEAUX DANS VOTRE TROUSSE EN BAGAGE CABINE.

200w

dscf930

Ce que je préfère dans les voyages : les carnets qui débordent

En cherchant un carnet de note pour notre prochain voyage (spoiler : l’Irlande), je me suis rendue compte que c’était bien compliqué vu le choix et que je les ai presque tous testés à force.

1. Quel format choisir ?

Là il n’y a qu’une seule question à se poser : le carnet me suit en visite toute la journée ou alors est ce qu’il va rester à l’hôtel pour que je le retrouve le soir ? S’il vous suit toute la journée, évitez le grand format bien épais, ça fait un poids en plus dont on se passe bien en vadrouille. Pour l’emporter et y griffonner vite fait nos impressions, je conseille les petits Cartoville qui existent par ville.

Gros point positif de ces carnets si vous préparez vos voyages à l’avance, vous pouvez y mettre plein d’adresses regroupées dans des onglets différents que vous pouvez personnaliser – par exemple pour les très grandes villes (Tokyo, NY) j’ai fait un onglet par quartier tandis que pour une plus petite ville (Berlin, Vienne, Lisbonne etc) c’était un onglet par centre d’intérêt (restos / friperies / musées etc)(+ un code couleur par quartier, faut pas déconner).

Et pour ce qui est des gros formats, là c’est la fête le choix et on va choisir en fonction du type de souvenirs qui nous botte.

2. Quel type de souvenirs de voyage ?

Vous allez y dessiner ? Y coller vos souvenirs ? Des photos ? Juste écrire vite fait des adresses ou y raconter vos journées en détails ? IL FAUT SAVOIR, C’EST IMPORTANT !

Si vous comptez y dessiner, je vous conseille d’aller vers les carnets de croquis car les feuilles des carnets de base sont souvent trop fins et tout traverse et ça fait caca – je supporte pas ça. Je suis maniaque mais bon si vous voulez garder un beau carnet de souvenirs, autant ne pas avoir des bavures qui gâchent vos dessins recto verso. Je ne suis pas payée par Moleskine, mais une fois de plus j’adore leurs cahiers Art Plus qui ne laissent pas passer le feutre et dont le choix de format est intéressant.

Ensuite pour seulement y écrire, vous pouvez prendre n’importe quel cahier selon votre goût, FONCEZ ! Par contre vous vous connaissez, ne prenez pas un 200 pages si vous savez que vous avez du mal à vous y tenir, ça va vous déprimer et faire du poids pour rien. Mais l’inverse est vrai, ça serait dommage de vous retrouver en rade de cahier au milieu de votre séjour parce que vous mettez 46 lignes à décrire une pizza (j’aimerais beaucoup lire 46 lignes sur une pizza ceci dit).

Et si comme moi vous collez tout et n’importe quoi au milieu de vos digressions, prenez un cahier AVEC UN ELASTIQUE POUR LE FERMER ! Le reste on s’en fout mais bon dieu prenez un élastique sinon vous allez tout semer et il ne va plus jamais fermer.

Vous voyez, il ne fermera plus jamais !

Et si vous avez envie de vous lancer mais que la feuille blanche vous fait peur, il y a plein de cahiers bien cools pour vous guider :

3. Et si on n’a pas d’idée ?

Mes chouchous pour commencer : les cahiers avec des trames de souvenirs à noter avant et pendant le voyage !

Celui que je conseille les yeux fermés : Bon Voyage a Travel Journal
Je vous mets des photos de quand on l’a rempli à ras-bord à Tokyo, j’ai vraiment adoré ce cahier ! Tout est mignon et la qualité du papier fait que le feutre ne traverse pas (et je n’aime pas vraiment écrire avec autre chose qu’un feutre).

Et un autre qui a l’air assez ressemblant mais moins kawaï gnangnan : I Was Here: A Travel Journal for the Curions Minded. Je ne l’ai pas testé mais regardez comme il a l’air cool comme appui pour un carnet de voyage !

VOILA.

C’est à peu près tout ce qui me venait en tête, n’hésitez pas en commentaire si vous avez des questions surtout. Et je compte faire le même article avec le matériel de « scrapbooking » que j’embarque (j’ai mis des gros guillemets hein, c’est du scotch et des stylos) ainsi que le traitement des photos en retour de voyage.

DSCF8762 nb

Summer ends

Début janvier 2016

DSCF8762 nbFin août 2016

Evidemment tout a changé et rien ne se passe vraiment comme prévu mais hé c’est pas faute d’avoir été prévenus ! Quelques nouvelles du front d’ailleurs avant d’attaquer Septembre et ses bonnes résolutions :

  • Mon agenda Ban.Do (acheté sur Bird on the Wire) se remplit de collages et moi de bonheur. Je profite d’ailleurs de l’ambiance pré-rentrée pour tenter de m’organiser au mieux dans ma nouvelle vie avec un genre de Bullet Journal. J’ai un carnet sur ma table de nuit sur lequel je note chaque soir la liste de ce que je dois faire le lendemain (= je m’endors l’esprit tranquille) ainsi qu’une liste de 10 (pas 9 pas 8) 10 choses cools qui se sont passées dans la journée finie (= je m’endors avec des idées positives au lieu de ressasser un clafoutis aux mirabelles raté).
  • En choisissant son doudou, Edie m’a fait découvrir la marque Annabel Kern qui fait des merveilles de déco/tissus/coussins à Marseille. J’ai été hyper sage, j’ai juste commandé son petit lange à pompon en triple pour éviter un futur drame vu qu’elle a décidé de ne plus jamais le lâcher. Un mini lange et son renard sous le bras, mon crapaud est prêt à conquérir le monde.
  • Je continue avec les made in France et la blogueuse HellaFresh dont j’ai découvert par hasard les si beaux turbans géniaux Indira de Paris. Je ne sais pas encore si je vais craquer ou pas, j’en ai énormément parlé avec une amie sur twitter et je suis partagée entre cacher mes cheveux gras et éviter de faire de l’appropriation culturelle (je vous la fais courte mais même après 1h on n’a pas tranché le sujet tellement ces turbans sont tentants).
  • Quoi d’autre ? J’adorerais vous conseiller 15 livres que j’ai lu cet été mais la vérité vraie c’est que je n’en ai lu qu’un. Mais un bien ! La femme qui décida de passer une année au lit de Sue TOWNSEND. Résumé : Eva en a plein le yoyo d’être une femme et mère parfaite depuis 17 ans et décide de ne plus quitter son lit – enfin décider est un grand mot, c’est plutôt une méga angoisse qui la panique. C’est plein d’humour anglais génial et ça aide à remettre un peu sa vie et ses priorités en perspectives avant de péter un plomb et de ne plus quitter son lit.
  • Pareil, j’aurais vraiment aimé vous dire que Edie adore Blondie ou la BO de Nashville mais la vérité c’est que c’est danser sur Rihanna avec son père qui la fait glousser de rire. Je vous l’ai dit, rien ne se passe comme prévu. Et qui sait, peut-être que dans 20 ans elle écrira « Comment je n’ai pas rencontré Rihanna » comme Elise Costa qui a signé pour Slate ma série préférée de l’été sur les Mystères d’Ecrivains (+ un article canon sur Britney Spears)(qu’elle n’a toujours pas rencontrée).
  • Voilà. Edie dort et mon vernis est écaillé depuis 15 jours, il est temps de sortir le dissolvant et de lancer n’importe quel replay du Summer of Scandals proposé par Arte (une tuerie leur sélection !).
    Du coup je vous laisse avec de quoi fouiner internet avant votre reprise : bon courage les gars !

    1 2 3 122